mimulus

MIMULUS GUTTATUS

Courage, peur d’origine connue, peur des animaux, de l’altitude, de la foudre, du noir .

Permet de faire aux événements et aux challenges de la vie quotidienne sans anxiété ni appréhension.

La peur de mimulus comprend toutes les formes des grandes angoisses de l’humanité qui font partie de la vie courante. Mimulus est la peur du monde concret, du monde physique.

Les personnes se trouvant dans l’état négatif de mimulus disent parfois que l’existence terrestre leur pèse comme un fardeau sur les épaules. Elles donnent l’impression d’être des enfants qui ne veulent pas vraiment grandir. Les personnes à forte tendance mimulus ont souvent une constitution délicate, ou montrent d’autres signes extérieurs de finesse. Elles ont tendance à rougir facilement, à bégayer, ou on soudain la voix qui se voile. Elles ne tiennent pas trop à s’impliquer dans ce monde. Dans l’état négatif, on supporte moins que tout que ses congénères – moins de bruit – moins de lumière crue – moins d’activité. Hypersensibilité aux stimuli de l’environnement et  on s’y sent comme étranger. Tombent malades facilement dès qu’ils sont sous pression  - migraine – maux de ventre – problème de vessie. Afin de reconstituer ses réserves vitales il faut qu’elles puissent se retirer du monde et de reposer leur système nerveux.

Les être à forte tendance Mimulus sont en général pacifiques de part leur constitution délicate. Leurs accès de colère ne sont guère inquiétants.

Les personnes Mimulus, devront analyser sur le plan mental, le phénomène de la peur et se rendre compte que leurs pensées craintives sont des forces qui ont tendance à se matérialiser comme toutes les pensées. Chaque nouvelle pensée inquiète renforce celle qui précède, lie de nouvelles énergies et finit par enchaîner l’être humain dans ses peurs.

« Dans le monde vous avez peur, mais soyez confiants, car j’ai vaincu le monde » ; cette situation du Nouveau testament recèle la clé pour accéder à l’état positif de Mimulus.

Aussi longtemps que la personnalité n’applique que des mesures terrestres, elle sera confrontée à des craintes tout à fait concrètes. Dès qu’elle se laisse guider par les lois de son âme, elle peut vaincre ses peurs, elle peut vaincre le monde.

 

 

Mimulus - les symptômes clés

Craintes ; timidité ; peurs spécifiques dont la cause est connue ; peur du monde concret.

 

Réactions à l'état de blocage

Timide, craintif, prudent.

Très sensible sur le plan physique ; ressent beaucoup de choses sur le plan physique.

On a peur d'une certaine situation, mais on n'en parle pas.

On s'imagine une situation plus difficile ou plus dangereuse qu'elle ne l'est en réalité.

Il existe en permanence un support pour sa peur.

Existence de certaines angoisses et «phobies» concrètes, p. ex. peur d'attraper froid aux pieds, peur de certaines entrées de maisons, peur de certaines maladies et douleurs, peur d'une mort difficile, peur de perdre de l'argent, d'avoir un accident, peur de la foule, peur de perdre un être cher, peur des chevaux, des souris, des chiens ou d'autres animaux, peur, du téléphone, d'une nouvelle situation, d'être hospitalisé, peur des espaces découverts, peur de franchir un seuil, trac, etc.

Hypersensibilité de tout ordre, par exemple: au froid, au bruit, à lumière crue, aux éclats de voix, aux odeurs fortes, aux contradictions...

On préférerait être laissé en paix, ne pas se faire aborder.

Tension intérieure par esprit craintif.

Parfois difficultés de langage ou bégaiement, rire nerveux ; on est particulièrement loquace par nervosité.

On rougit facilement, a les mains moites.

On ajourne certaines choses parce qu'on a une peur inconsciente de le: faire.

On recule devant une situation nouvelle, on a besoin d'un temps d'adaptation.

On voudrait que certaines choses se fassent d'elles-mêmes.

On a peur d'être seul, cependant en société on est timide et nerveux.

On prend peur dès qu'on rencontre une résistance ou dès que quelque chose ne se déroule pas comme prévu.

On se ménage trop pendant la convalescence : par exemple on n'ose pas se remettre sur une jambe qui avait été cassée, mais qui est maintenant: parfaitement guérie.

On tombe facilement malade s'il se présente une situation qui fait peur.

Les bébés pleurent en se réveillant, sans raison apparente.

Les enfants ont peur des inconnus ou se cramponnent à leur mère.

Les enfants refusent les comptes de fées qui décrivent des situations violentes.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site